Pour le Pays et pour nos Pères…

Comme l’aurait dit un certain Antonin Artaud, nous vivons une période angoissante et catastrophique. Le besoin d’un changement profond se fait sentir. Haïti est un pays qui a connu tant de grands jours et aussi tant de malheurs. Mais, aujourd’hui plus que jamais, le non sens fait la guerre aux valeurs. Le peuple est sans guide avec des leaders qui ne veulent pas mettre sur la balance les règles de compromis. Pourtant, de la nourriture du matin à la pesanteur du sommeil au soir, tout est politisé.
La politique, on en aura toujours besoin. Mais, nous aimerions certainement que le peuple des contrées reculées y participe en réalité. La politique, On en aura toujours besoin… mais, nous aurions certainement aimé que l’entendement du peuple ne soit pas écarté. La politique, on en aura toujours besoin! Mais que certainement elle se rapproche du quotidien, de l’ambition générale, des tracas journaliers. La politique, il faut en parler. Il faut en parler pour animer les forces vives de la nation, et que les conditions de changement soient établies, de grande importance pour nous tous.
Il faut faire de la politique pour que la réalité ne nous échappe pas, pour que les lucres médiocres cessent de prendre place là où le dialogue doit conduire à l’unité des esprits éclairés. De même que nous recherchons à nourrir notre corps et que nous faisons état de notre santé pour soutenir notre existence, nous avons besoin aussi d’éducation, de formations professionnelles qui sauraient nous conduire à des initiatives humaines. Oui, nous devons reprendre notre place dans le concert des grandes nations!
Nous devons nous organiser pour réussir à conclure à l’appel à l’unité de notre vitalité intégrale et redonner à Haiti son ampleur d’hier : La Perle des Antilles! Pour cela, nous devons, Peuple Haitien, nous mettre en face de toutes nos possibilités pour aboutir à notre profit et notre honneur, à l’objectif d’une Haiti meilleure, au nom des Aieux.

Posté par Jean Rony Cineus dans les Amis du Savoir et des Connaissances, le 2 janvier 2017